Contact

[Conseils] 5 journalistes vous livrent leurs conseils pour gérer vos Relations Presse !

En télétravail, chômage partiel ou complet, les journalistes et rédactions n’échappent pas la crise qui chahute les organisations depuis mi-mars… et encore pour quelques mois. La team “Madame de la Com’” est allée discuter avec 5 journalistes de médias TV, web et print, qui couvrent chacun des secteurs très différents. L’idée ? Prendre le pouls de la situation et partager avec vous les conseils et éléments à savoir pour gérer ses relations presse en cette période déconfinée franchement compliquée.

Retrouvez tous leurs conseils ci-dessous !


Anne-Flore Gaspar, journaliste pour Elle magazine et Art&Décoration

“Rassembler suffisamment d’informations est compliqué en ce moment quand on écrit pour des mensuels, qui plus est sur des sujets food ou culturels. C’est même un vrai casse-tête ! D’un côté, on est contraints par des délais stricts au niveau des bouclages, mais de l’autre, on se retrouve face à une part immense incertitude sur la date de réouverture d’un restaurant, le maintien ou le report éventuel d’un événement. Quand trop d’éléments restent en suspens (tarifs, horaires, dates, lieux…), on ne traite malheureusement pas l’information, même si elle était intéressante. C’est vraiment frustrant ! Ce qui est tout de même très positif en cette période, c’est de voir à quel point les agences font preuve de créativité pour réinventer les formats destinés aux journalistes. Par exemple, j’ai été conviée à une dégustation collective virtuelle, avec des échantillons reçus par courrier en amont ou des conférences de presse en distanciel. Ce sont des formats moins onéreux pour les organisateurs et finalement plus accessibles pour les journalistes, car nous gagnons du temps sur le trajet et nous ne sommes pas gênés quand nous devons partir avant la fin si le timing s’est allongé et commence à empiéter sur les RDV suivants. J’espère que ces nouveaux formats perdureront et viendront compléter les existants.”


Pierre Cheminade, rédacteur en chef adjoint pour La Tribune Bordeaux

“C’est très frustrant de vivre une crise économique d’une telle ampleur sans pouvoir la couvrir à 200% comme nous aimerions le faire. Nous sommes bridés par les aménagements de nos plannings, pourtant nécessaires, mais qui nous obligent à être très sélectifs. Nous manquons cruellement de temps pour pouvoir traiter tous les sujets. Nous arbitrons donc chaque jour et gardons pour plus tard des communiqués de presse dont le sujet peut attendre encore un peu. Parmi les thèmes que nous retenons prioritairement, ce sont principalement ceux des chefs d’entreprise qui acceptent de partager avec beaucoup de franchise et de générosité leur gestion de la crise, leur vision de l’après-crise (même floue !) et les conditions de la reprise, quel que soit le secteur d’activité. C’est d’ailleurs ce qui est très intéressant : tous les secteurs d’activité ont un témoignage à apporter car ils sont tous impactés positivement ou négativement par cette crise. Au niveau du canal à privilégier, le mail reste le plus pertinent. Avec nos plannings bousculés, c’est vraiment le plus arrangeant. Un point que nous relayons moins depuis quelques semaines : les actions de solidarité. Si au début du confinement, nous avons relayé ces initiatives, il est maintenant temps de se tourner vers d’autres expériences et vers le redémarrage pour continuer à avancer collectivement. Cela ne veut pas dire que les entreprises doivent les arrêter. Bien au contraire ! Mais elles doivent les continuer pour répondre à leurs valeurs et non à un objectif de communication.”


Barbara Haddad, journaliste pour E-marketing.fr et Parents

“La crise a amené les marques à passer d’une approche promotionnelle à une approche plus servicielle et conversationnelle. La démarche est plus humaine : elles sont donc moins centrées sur leurs produits et le sont davantage sur leurs clients et comment leur être utile. Les contraintes de ces dernières semaines ont ainsi favorisé l’innovation, en particulier dans le retail, où les enseignes ont dû à la fois s’adapter aux enjeux de sécurité sanitaire en magasin mais aussi aux nouvelles habitudes de consommation des Français adoptées durant le confinement. Ainsi, les sujets relatifs aux initiatives menées durant et post-confinement sont, pour ma part, mis de côté en vue de bilans et d’articles de tendances. L’objectif est aujourd’hui de se tourner vers l’après-crise : quelles sont les nouvelles initiatives mises en places, celles qui vont perdurer, mais celles-aussi qui correspondent à une activité plus classique : l’été, la rentrée scolaire etc. Il ne faut donc pas hésiter à alimenter les journalistes sur la sortie des nouveaux produits, des services innovants mis en place : c’est aussi la vie qui reprend avec le déconfinement ! Alors, quel est le canal à privilégier pour rentrer en contact avec moi ? L’email assurément, car même si je ne peux répondre à tous les communiqués de presse reçus quotidiennement, je les garde précieusement en vue de prochains articles d’actualité ou de curation pour des diaporamas marketing ou consommation.”


Jean-François Karpinski, Conseiller de programmes pour France 3 Aquitaine

“Nous sommes toujours très sollicités… même en télétravail… cela nous oblige, chacun, à une bonne organisation personnelle, à dégager l’essentiel de l’accessoire, à prioriser davantage encore… Les sujets que nous décidons de traiter sont souvent en lien avec la pandémie actuelle et nous nous projetons aussi vers l’après confinement… Il est nécessaire d’adapter l’information et nos programmes que nous proposons. Depuis plus de deux mois, nous essayons de donner un maximum de visibilité aux solidarités qui se créent dans la région. C’est le rôle de notre média télé et numérique, d’encourager cette entraide et de la mettre en valeur. Nous faisons chaque jour des prouesses pour continuer à partager des actualités et à nous coordonner. Nous avons souvent repensé la forme nos sujets, le format de nos interviews qui pour certaines se sont faites par Skype… Nous avons développé davantage de contenus sur le web et avec succès car nous avons considérablement augmenté le nombre de visites sur notre site. Cette crise nous a obligés à révéler notre agilité pour nous adapter et continuer à livrer une information de qualité.”


Laurie Bosdecher, chef de rédaction à Sud Ouest

“Dès le début du confinement, nous avons complètement revu notre organisation pour gérer le télétravail et le chômage partiel des équipes, tout en assurant une continuité de l’information et de la réactivité. Ça a été difficile mais intéressant, car ça a révélé de nouvelles manières de communiquer en interne et même des personnalités. Notre temps de travail étant réduit, nous avons dû nous recentrer vers des agences locales de confiance pour être le plus efficace possible. Cette proximité a été et est toujours aujourd’hui un très bon allié pour pouvoir traiter des informations de qualité. Nous recevons encore de nombreux messages de sociétés ou d’agences qui prennent le COVID-19 comme prétexte pour faire de la publicité cachée. Cette récupération est déjà agaçante en temps normal, mais l’effet est décuplé quand on manque cruellement de temps. Pour éviter de perdre de l’énergie avec ces actions opportunistes, nous privilégions donc davantage le lien avec les attachés de presse avec qui nous avons l’habitude de collaborer et avec qui nous savons que l’information sera pertinente. Les sujets que nous privilégions maintenant sont les témoignages des sociétés qui partagent leur expérience vécue et annoncent leurs perspectives. Et pour respecter au mieux le rythme de chacun, nous préférons recevoir ces informations par mail, avec un maximum de précisions et surtout on évite les 5 relances par téléphone. C’est juste ingérable en ce moment !”

Alors, prêt à vous lancer dans les relations presse ?

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin