Contact

[Start-up] Quelles aides pour être accompagné dans le lancement de sa start-up ?

Lancer sa start-up est une expérience qui nécessite énormément d’implication et d’anticipation, et ce, sur tous les plans : professionnel, personnel, et évidemment financier. Si certains ont la chance de pouvoir se lancer avec leurs fonds propres, il ne s’agit pas de la majorité. Aides de l’Etat, emprunt, incubateur, concours… dans cet article, vous trouverez quelques pistes sur les démarches à suivre pour vous accompagner dans votre projet entrepreneurial. 


Des aides multiples, adaptées en fonction de tous les profils.



1. Le classique : le prêt bancaire

Bien qu’il ne soit pas le plus simple à obtenir, il s’agit du plus demandé. Ici, les banques auront souvent tendance à exiger un apport financier de la part de l’entrepreneur avant de lui accorder un prêt, ce qui nécessite un investissement personnel pas toujours à la portée de toutes les bourses. Mais, pas de panique, il existe aussi d’autres moyens de financement, le tout étant d’être CON-VAIN-QUANT ! 

2. La bonne étoile : le business angel

Si votre projet tient la route et que votre business plan est solide, alors vous avez toutes les chances de convaincre des investisseurs privés. S’ils croient au potentiel de votre projet, ils pourront, en plus de l’apport financier, vous guider et vous accompagner dans le développement de votre entreprise.

3. Les compagnons d’aventure : les incubateurs et pépinières

S’ils ne vous accompagnent pas de la même manière (on vous explique tout ICI) leur point commun est qu’ils sont là pour conseiller. Financement, business plan, mise en relation, coaching  : chacun à sa façon, saura vous aiguiller et vous faire avancer. 

4. Le challenger : le concours de start-up 

Stimulants et ultra concurrentiels, ils permettent de se confronter aux autres start-up émergentes qui gagnent à se faire connaître. Ils vous permettront de consolider vos acquis, mais aussi de voir vos points faibles en cas de défaite. Si vous l’emportez, apport financier et visibilité à la clé !  

5. L’institutionnel : les aides publiques

ACRE, ARE, dispositifs régionaux… Les aides publiques à la création d’entreprise permettent d’accompagner, financer et conseiller les entrepreneurs et/ou demandeurs d’emploi dans leurs projets. Chaque dispositif répond aux besoins d’un profil bien particulier et propose ainsi des aides adaptées : exonérations partielles ou totales de certaines charges sociales, mise en place d’un revenu de remplacement, ou encore allocations chômage sous forme de capital. 

6. Les booster de créativité : les programmes d’aide à l’innovation 

Il s’agit d’aides sous forme de subventions, souvent proposées par la BPI avec des montants de plusieurs milliers d’euros, pour un programme d’innovation de 6 à 24 mois avec un taux d’aide pouvant atteindre les 70 % selon la typologie de votre entreprise.


Une toute nouvelle bourse lancée par la French Tech. 



La bourse French Tech attractivité permet de soutenir des projets qui valorisent l’écosystème et les startups de la French Tech auprès de leur public cible : les talents étrangers, les investisseurs, les entrepreneurs et les exécutifs en charge du développement international. Les formes prises par ces initiatives peuvent sont multiples : événement, opération d’influence ciblée, production de contenu, podcast… C’est une bourse financée par l’Etat, qui peut accorder aux projets jusqu’à 60% de financement de leur budget total. 


Aides fiscales et sociales : ce qu’il faut savoir.



Les jeunes entreprises innovantes peuvent bénéficier de plusieurs aides fiscales et sociales intéressantes : une exonération d’impôts sur les bénéfices, une exonération de CFE et de taxe foncière, une exonération d’IFA et une exonération de charges sociales patronales.

Ces avantages fiscaux peuvent également concerner les investisseurs puisqu’investir dans une start-up peut permettre de déduire 18 % des sommes investies sur le montant dû au titre de l’impôt sur le revenu.

Financer des start-up peut donc s’avérer bénéfique pour la croissance et pour l’économie. En apportant un soutien financier aux jeunes pousses, les épargnants et investisseurs encouragent la création d’emplois et de valeur ajoutée de l’économie française. Les 10% des start-up françaises à forte croissance généreraient 200 000 emplois et visent le double d’ici 2022. 

Retrouvez tous les conseils d’Aurore sur les sujets com’ et RP dans sa chronique sur France 3 NoA 🙂 

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin